Le dernier Tango à Paris

Ô gentilhommes, la vie est courte...Si nous vivons, nous vivons pour marcher sur la tête des rois. /W. Shakespeare, Henry IV/

04 octobre 2006

Pour aller un peu plus loin

White Balance
Posté par arslan à 14:19 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

30 septembre 2006

Les stupéfiants progrès de la pensée

Socrate s'est construit une gloire, et quelle gloire!, en s'attaquant délibérement à la fausseté des apparences. Ce Socrate, fils d'un sculpteur et d'une sage-femme, avait une franche passion pour les petits garçons et il connaîtra Platon l'aristocrate à l'occasion d'une philosophique dégustation de sucres d'orge. Ce dernier oeuvrera à sa posterité, retranscrivant et travaillant l'ensemble des leçons du maître, diffusera son oeuvre en pourfendant sans relâche le faux et l'injuste. Il appellera les hommes, tous les hommes, à venir... [Lire la suite]
Posté par arslan à 16:16 - Commentaires [47] - Permalien [#]
28 septembre 2006

Maldonne

J'ai quelques piétinements de morceaux de fierté. J'éprouve même des débuts de crainte. Ainsi la machine a pris l'échiquier en mains. La gauche aura fondu dans un temps sans passé ni futur: elle a sombré dans le spectaculaire, cette lame de fond à l'échelle de la planète.Sur le plan purement théorique, ça m'emmerde infiniment. Sur le plan pratique, je n'ai pas de mots à expliquer mon irritation de voir Ségolène Royal (ou alors devrais-je ici dans un dernier effort louable me mettre à la page et dire Ségolène tout court, tout le monde... [Lire la suite]
Posté par arslan à 11:57 - Commentaires [7] - Permalien [#]
24 septembre 2006

Corps étrangers

Posté par arslan à 15:31 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
21 septembre 2006

Inattendu, déconcertant, étonnant, inaccoutumé, bizarre, insolite, voire incohérent

J'ai passé ma veste sombre coupée chez Francesco. Celle des grands soirs.A l'entrée, deux laquais au regard stupide se grattent l'oreillette. Comme dans les films doivent-ils penser. L'un, bovin, machônne son chewing-gum pendant que l'autre me demande mon carton. J'en sors 10 et je fais mine de le gifler avec: ce qui m'ouvre grandes les portes immenses, me vaut un Bienvenue Monsieur, je vous souhaite une excellente soirée obséquieux comme j'aime et fait sourire la souris brune qui m'accompagne. Celle-ci me serre la phalangine en... [Lire la suite]
Posté par arslan à 11:18 - Commentaires [19] - Permalien [#]
16 septembre 2006

Et les muses de moi, comme étrange, s'enfuient

Posté par arslan à 16:12 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

16 septembre 2006

Curieux, étrange et louche

Curieux ce Benoît. Etrange cette divagation. Louche cet essai à la provocation.Mais qu'a bien pu vouloir actionner ce fin connaisseur des religions et de leurs intepénetrations intimes? Voilà la question d'întéret qui mérite d'être posée.Car il le sait bien que Thomas d'Aquin et Maïmonide n'ont eu accès à la philosophie grecque que par les efforts de traductions et d'interprétations de génies musulmans financés par des califes éclairés.Il a bien évidemment lu plus d'une fois L'Islam et la Raison d'Ibn Rushd plus connu ici sous le nom... [Lire la suite]
Posté par arslan à 13:04 - Commentaires [41] - Permalien [#]
14 septembre 2006

Nizan selon Sartre

 Il peut dire aux uns: vous mourez de modestie, osez désirer, soyez insatiables, délivrez les forces terribles qui se font la guerre et tournent en rond sous votre peau, ne rougissez pas de vouloir la lune: il nous la faut.Et aux autres: dirigez votre rage contre ceux qui l'ont provoquée, n'essayez pas d'échapper à votre mal, cherchez ses causes et cassez-les. Il peut tout leur dire car c'est un beau jeune monstre comme eux, qui partage leur terreur de mourir et leur haine de vivre dans le monde que nous leur avons fait.Extrait... [Lire la suite]
Posté par arslan à 21:26 - Commentaires [6] - Permalien [#]
13 septembre 2006

Inutile(s) et stupide(s)

Joseph Stiglitz est un homme sérieux. Accidentellement décoré d'un prix Nobel d'économie dont il m'est déjà arrivé de dire tout le mal que je pensais. Stiglitz pour les rares personnes qui n'ont pas encore dévoré La grande désillusion ou Quand le capitalisme perd la tête au risque de passer pour des agneaux sodomites ou des révoltés sans arguments au choix, ancien conseiller de Bill Clinton et ex vice-président de la Banque Mondiale dont il a démissioné avec fracas (J'ai préféré partir) a tôt fait de démontrer que le monde était en... [Lire la suite]
Posté par arslan à 09:08 - Commentaires [24] - Permalien [#]
08 septembre 2006

Que faut-il faire de ces jours

...Ces temps montueux organisés en longs crescendos,Comme des jours malaisés, rudes et pénibles,Assomés sous les coups sourds et têtus des visions inexpliquées. La couleur de ces temps rappelle la paleur du plomb vain et fatigué,Et les laideurs de ces sinistres matins d'esseulementDe bien étranges colonnes de silences,Prêtes ici et soudainement à se rompre en rames de colères. Ainsi parfois, nos suivons nos folies et lumières s'en aller fondre dans les sanies sarcleuses des mauvais réveils...comme des mauvais hasards sur de... [Lire la suite]
Posté par arslan à 17:56 - Commentaires [42] - Permalien [#]