Le dernier Tango à Paris

Ô gentilhommes, la vie est courte...Si nous vivons, nous vivons pour marcher sur la tête des rois. /W. Shakespeare, Henry IV/

04 septembre 2006

Il est défendu

Posté par arslan à 08:22 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

01 septembre 2006

La fin d'une liaison

"Afterwards - we were back at Rules and they has just fetched our steaks - she said, 'There was one scene you did write.''About the onions?''Yes'. And at that very moment a dish of onions was put on the table. I said to her - it hadn't evern crossed my mind that evening to desire her -'And does Henry mind onions?''Yes he can't bear them. Do you like them?''Yes'. She helped me to them and then helped herself. Is it possible to fall in love over a dish of onions? It seems improbable and yet I could swear it was just then that I... [Lire la suite]
Posté par arslan à 17:22 - Commentaires [11] - Permalien [#]
30 août 2006

Ballons, balles et rebonds. L'essentiel et l'insignifiant.

Gros seins mais gros culs aussi. Les anglaises (population qui sera à 60% en excès de poids dés 2010) ont insolemment installé leur malbouffe dans tous leurs compartiments alors que le mâle local (population qui sera à 70 % en excès de poids dés 2010) lui, s'efface, subit sans broncher entre 2 tournées au pub. Rien de nouveau outre-manche, il pleut toujours autant et l'oeil rodé observe vite qu'au delà des apparences d'une Britannia prospère et euphorique, les restes d'une impériale et lamentable civilisation victorienne sont plus... [Lire la suite]
Posté par arslan à 16:51 - Commentaires [8] - Permalien [#]
25 août 2006

Les grasses

Mon retour n'étant pas annoncé avant le début de semaine prochaine, je poste ceci entre deux odyssées dans le grand air, la vie, la vraie.Crédit photographique: L'incroyable Monsieur Spock, a.k.a Léonard Nimoy.
Posté par arslan à 10:50 - Commentaires [90] - Permalien [#]
16 août 2006

La nuit patiemment

De mes oscillations continues entre l'état éthéré et bien louche d'être superbement civilisé et à bord du progrès, bon père distingué et affable, et l'autre, le sauvage virevoltant et fracassant comme un énorme éclat de rire à la face tragique du monde compromis, il n'y a évidemment rien à choisir. Je serai une sythèse parfaite, ou plus sérieusement un essai de synthèse parfaite et pas grand chose d'autre. En lettres ou au cinéma, la deuxième pièce est infiniment plus prometteuse (il n'y a pas de bonne littérature avec de bons... [Lire la suite]
Posté par arslan à 23:34 - Commentaires [17] - Permalien [#]
14 août 2006

Lumière d'été

Au réveil, toute l'aube est en vous. Les harpes du vent retiennent encore un peu la compagnie des enchantements nocturnes et vous vous réveillez doucement; la grande et sauvage nature se déroule à portée de pieds, sans rien ni personne autour. Il y'a juste vous et vous-même. Vous-même, ce beau voleur nu qui sans relâche vous dupe et vous vole.
Posté par arslan à 08:51 - Commentaires [8] - Permalien [#]

02 août 2006

Sur le pont

Posté par arslan à 09:53 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
31 juillet 2006

Le nouveau cap

"La frivolité et l’ennui qui envahissent ce qui subsiste encore, le pressentiment vague d’un inconnu, sont les signes annonciateurs de quelque chose d’autre qui est en marche" Hegel. Phénoménologie de l’Esprit.Mon dégoût consigné du 28/07 est ainsi beaucoup plus Hegelien qu'autre chose et il a évidemment toutes les formes d'une fausse résignation. Il est annonciateur de nouvelles et fortes expressions. Rien à voir par exemple avec l'analyse éclairée d'un Hirschmann qui explique très bien dans "Bonheur privé, action... [Lire la suite]
Posté par arslan à 16:30 - Commentaires [4] - Permalien [#]
28 juillet 2006

Dégoût

Nul bouton de radio tourné depuis des semaines. Des actualités télévisées fuies comme les pires maladies. Des manchettes de journaux même pas caressées d'un regard. Rien. J'esquive tous les mauvais relents d'actualité, toutes les analyses foireuses ou les informations toujours présentées comme objectives.Les représentations et les discours dominants ne sont pas les miens ce n'est pas un scoop. Mais là c'est différent, c'est hors-concours. Lorsqu'il en va de vies humaines ou de dernières bouées de dignité, il n'y a plus de cynisme... [Lire la suite]
Posté par arslan à 20:00 - Commentaires [47] - Permalien [#]
24 juillet 2006

Articulations au sujet des très riches

L'argent rend largement con et les quantités de plastronnades grotesques vues ci ou là dans le club prisé des goinfrés de pognon ne viendront rien arranger à l'affaire, je le crains. De cette aversion pour l'arithmétique stricte des paquets de blé, je ne connais que peu l'origine. Peut-être que j'ai assez vu de gens devenir riches et cons et trop bien estimé les contreparties diverses acquittées en retour pour ne pas avoir aujourd'hui aucun avis éclairé sur la question. L'argent rend largement con, donc. A moins que ce ne soit... [Lire la suite]
Posté par arslan à 00:22 - Commentaires [12] - Permalien [#]