Le dernier Tango à Paris

Ô gentilhommes, la vie est courte...Si nous vivons, nous vivons pour marcher sur la tête des rois. /W. Shakespeare, Henry IV/

19 juillet 2006

Canicule

Posté par arslan à 21:36 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

19 juillet 2006

Zero par Baselitz

(Touchez rien, la peinture est mise dans le bon sens)
Posté par arslan à 10:48 - Commentaires [34] - Permalien [#]
18 juillet 2006

Ni queue ni tête...aah non!

Baselitz peint l'envers comme s'il s'agissait de l'endroit banal et ordinaire. Retournez le tableau et vous avez une pièce somme toute assez classique. Ce qui est assez idiot, avouez. Continuons à rêver d'une inversion de l'inversion, chère à Marx et à d'autres.Tout aussi sérieusement, je ne puis m'empêcher par contre de songer aux énormes possibilités que pourrait m'offrir ce nouveau paradigme du sens. En art, je m'amuserais à narrer une histoire en prenant comme pierre d'angle la fin de celle-ci et je m'ingénierais à trouver... [Lire la suite]
Posté par arslan à 17:42 - Commentaires [16] - Permalien [#]
10 juillet 2006

En avoir ou pas

Je trouve ça con que Zidane pète un cable de cette brutale manière et à ce moment surtout. A la réflexion c'est pas tant le geste que l'à-propos qui a manqué de panache: je lui aurais moi aussi volontiers filé un coup de boule à l'autre facho. Mais pas ici et pas maintenant.Je trouve ça con également que Zidane soit pris dans ses contradictions. Ce geste c'est la confrontation à des limites que j'ai toujours soulignées. Tout le monde m'a entendu dire Zidane est un grand. Pas un très grand. Et pourquoi? Pour la simple raison qu'on ne... [Lire la suite]
Posté par arslan à 15:15 - Commentaires [29] - Permalien [#]
10 juillet 2006

Lady C. - Petites suites sans grandes conséquences

Grand soir de finale. Sur mon chemin, peu de monde à circuler et beaucoup d'attente dans l'air.Dans ma main, une cuvée Cristal Roederer. Trouvée au fond d'un placard. Moi, serein. Plutôt détaché.J'arrive enfin dans le seizième.Serge, quand même, qui raille,Ouvre-moi, ouvre-moi la porteIo non ne posso proprio piùSe ci sei, aprimi la portaNon sai come è stato laggiùJ'en souris et je me mets à siffloter L'Italien jusqu'à ce que j'aperçoive la hauteur de plafond haussmanienne du numéro 120. Voilà.- Bonjour beau brun.- Salut beauté.- Ne me... [Lire la suite]
Posté par arslan à 10:49 - Commentaires [2] - Permalien [#]
09 juillet 2006

Permis de conduire

Posté par arslan à 15:52 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

06 juillet 2006

Lady C.

Elle a donc épousé l'insignifiant. Qui l'a vite rendue maman, tu penses bien. La chance de l'opportuniste ça se construit.Et à quoi aurais-je dû m'attendre, du haut de ma superbe et de mon isolement raffiné? A l'écriture ratée d'une légende qui n'intéresserait personne...deux ou trois spectateurs tassés au fond de la salle, largués par la folle vitesse du temps et guère plus. A une pauvre pièce qui aurait voulu gagner contre les ordres naturels. A des rebondissements de romans ratés.A des conneries. Au bout du téléphone, cette... [Lire la suite]
Posté par arslan à 22:02 - Commentaires [5] - Permalien [#]
04 juillet 2006

Avant d'aller prendre mon bain

J'aurais quelques mots lus que j'aimerai répondre à vos salades, amis lecteurs, tant ils me semblent de propos opportun. A propos de l'Art (et des commentaires qu'il inspire):Arrêtez donc de faire joujou avec l'art, abandonnez au nom du ciel cette habitude de le grossir et de le gonfler; au lieu de vous nourrir de légendes, tirez la leçon des faits. Cela seul suffirait déjà à vous apporter un sérieux soulagement en vous rendant récéptifs à la Réalité, mais ne craignez plus que cela ne vous appauvrisse ou rétrécisse l'esprit: la... [Lire la suite]
Posté par arslan à 22:08 - Commentaires [19] - Permalien [#]
02 juillet 2006

Publicité- Airbag avant et arrière

Posté par arslan à 11:44 - Commentaires [3] - Permalien [#]
01 juillet 2006

Les turbulences de l'infinie connerie

Si jamais vous êtes pris d'un grand désespoir terrible ce dimanche ou y'a même pas un match de foot à se mettre sous la dent, que vous vous ruez chez votre marchand de journaux habituel pour acheter n'importe quoi, tenez, le numéro d'été de La Recherche, vous allez pas être déçu. Un vénérable batave dégarni de 72 ans vous y attend, armé de son nobel pare-balles de chimie. Et ça en impose du Nobel. Vous vous dites tiens, il est sérieux celui-là, lui c'est pas un tocard du CNRS qui plombe les comptes de la chère nation pour pas grand... [Lire la suite]
Posté par arslan à 15:00 - Commentaires [12] - Permalien [#]