Le dernier Tango à Paris

Ô gentilhommes, la vie est courte...Si nous vivons, nous vivons pour marcher sur la tête des rois. /W. Shakespeare, Henry IV/

28 novembre 2006

Le joueur

Depuis toujours, je sautillais dans les rouges, bondissais comme un diablotin parmi le carmin, l'écarlate et le vermillon; là-haut, tourbillonnant ma tête dans des flèches sensuelles, je hélais onduleusement les complices de mes fièvres entraînantes.Chaque soir, je gravissais des monts de n'importe où hors du monde pour y prier mes passions de me tirer hors mes habitudes; on me disait, Que c'est faux! Je répondais, Que c'est beau! Et d'une beauté que jamais vous ne déchiffrerez! Tandis qu'ils retournaient se coucher dans leurs... [Lire la suite]
Posté par arslan à 16:02 - Commentaires [4] - Permalien [#]

24 novembre 2006

Philippe Noiret

J'aime peu les acteurs. En tant qu'acteurs, je peux les trouver bons ou mauvais mais en tant qu'hommes je les trouve généralement inconsistants et parfaitement incaccomplis: je bondis chaque fois qu'un journaliste indélicat et tout rond de grotesque servitude leur demande leur avis sur la vie politique, l'europe, la peinture flamande du 16eme, la disparition des espèces animales, etc. D'ailleurs je suis de plus en plus honnête depuis quelques années et j'en veux plus au journaliste crétin de poser la question qu'à l'acteur d'y... [Lire la suite]
Posté par arslan à 22:35 - Commentaires [4] - Permalien [#]
21 novembre 2006

Sur le bout de la langue

Je ne me souviens pas du titre de cette planche échappée de ton verbalisme soufré. Je ne m'en souviens plus mais j'y repense très souvent comme une cause certaine et déterminante de mon assuétude aux ruptures de cette conscience que j'ai coincée un jour quelque part entre tes jambes....Bordel que ça m'énerve.
Posté par arslan à 12:49 - Commentaires [9] - Permalien [#]
18 novembre 2006

Jeux d'enfants

Posté par arslan à 16:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
14 novembre 2006

Trop forts ces ricains

Vu la semaine dernière sur abc L.A.
Posté par arslan à 11:20 - Commentaires [23] - Permalien [#]
13 novembre 2006

Que fait la police

La nouvelle approche matricielle ouvre la voie sur d'autres dimensions de la Vie, la faire intégrer par les corrections vibrationnelles afin de permettre d'être sur sa propre ortho-résonance, etc. ...C'est quoi ce pataquès.Mon rangement dominical n'est jamais vide de surprises. Hier, coincée entre les lettres de rappel d'une propriétaire pie-grièche dimension pathologique et les propositions de crédit explosives de différents organismes bancaires tous escrocs, je suis tombé sur cette invitation à une conférence sur la nouvelle... [Lire la suite]
Posté par arslan à 10:35 - Commentaires [5] - Permalien [#]

11 novembre 2006

La meilleure amie

Avec la meilleure amie, l'affaire s'avéra plus sérieuse. Juive et marocaine d'origine, elle était piquante comme l'acier et légère comme la balle qu'on réserve pour le condamné. Je la désirai dés que je la vis; je répandis des plateaux de confiance pour la rassurer et une fois rassurée, je la possédai. Nous nous pelotions clandestinement et je m'arrangeais toujours pour être celui qui la raccompagnerait chez son fiancé d'alors et futur mari. Les ébats passionnels se poursuivaient dans ma voiture, sous sa porte cochère, ou plus... [Lire la suite]
Posté par arslan à 21:52 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
10 novembre 2006

La colocataire

Les arguments de la colocataire étaient parfaitement ronds et massifs. Définitifs, il faut le dire. Une pareille gorge fraîche tenait du miracle et j'avais, à chaque fois que je m'écarquillais les yeux dessus, l'impression d'être jeté du haut d'une falaise de quatre cents mètres. La diablesse en jouait et ne mettait jamais d'habits superflus, même par -10.Dans ses délicieux bruissements, la belle salope qui passait son Capes me dérobait tout entier à Alice et je me laissais faire au plus grand dam de Charly, amoureux et fou, qui... [Lire la suite]
Posté par arslan à 19:38 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
09 novembre 2006

Le monde d'Alice

Je n'ai su que tard, trop tard, que c'était elle que j'aimais: les tendances de mon esprit à fuir les évidences se sont incrustées jusque dans mes pays clairs et heureux. Et ce n'est pas tant le vermillon éclatant de ses lèvres ou le vert faussement synoptique de ses larges yeux qui interpellaient mon inconscient à mon insu, mais ses soudains et incessants jaillissements de vie, ses robes qui se soulevaient et balayaient l'air lors des traversées interminables des couloirs de son appartement, cette démarche faussement volontaire qui... [Lire la suite]
Posté par arslan à 11:50 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
07 novembre 2006

Alice

Lorsque je me retrouvais lassé des trop sonores agitations des jeunes cons qui me tenaient lieu de camarades de classe, j'allais chez Alice, la violoniste. Aussitôt rendu, je m'y sentais en complice hospitalité, tenu entre une tournée de thé parfumé aux essences d'agrumes et de bergamote et une discussion composée de forces charmes et drôleries.Souvent je finissais par m'allonger, posant ma tête sur les jambes de la dryade et laissais celle-ci caresser mes boucles désordonnées alors que je lui contais par quels hauts faits d'armes... [Lire la suite]
Posté par arslan à 15:08 - - Commentaires [7] - Permalien [#]